Les boxes pieds-poings à Rouen et en Haute-Normandie

Les boxes pieds-poings à Rouen et en Haute-Normandie

Bosses et gros bibis dans les sports de combat

 

Dans les articles "comment remplir un sac de frappe ??? " ou "comment s'endurcir les tibias ? ", j'ai évoqué les traumatismes divers que pouvait engendrer la frappe avec les tibias ou les poings dans un sac trop dur.

 

Certains lecteurs ne peuvent pas être convaincus par mes arguments (et c'est leur droit), car ils pensent que la répétition des coups va générer un cal osseux et insensibiliser le poing, le tibia ou le tranchant de la main par exemple.

 

 

Ils n'ont pas tout à fait tort, mais à condition de commencer à s'entraîner sur des surfaces "molles" (sac rempli de chiffons tassés), puis au fil des entraînements (ça peut prendre des mois, voire des années) frapper dans des sacs de plus en plus durs (chiffons, chutes de cuir et sciure), sans pour autant aller jusqu'au béton !!! sauf si vous êtes un adepte du "shiwari" (casse), mais en boxe pieds-poings, il n'y a aucun intérêt !!!

 

Mais entraîné ou pas, frapper sur une surface trop dure (sac rempli uniquement de sable, poteau de bois, pierre, etc...) peut occasionner des micro-fissures osseuses ou des décollements du périoste (membrane qui enveloppe le tibia) par exemple.

 

 

 

L'article du Docteur Hervé Zakarian (ci-dessous) donne des informations très intéressantes à ce sujet.

Dans cet article, le Docteur Zakarian fait l'examen clinique d'un taekwondoka qui se plaint de douleurs aux tibias suite à un stage intensif en Corée.

 

Dr Hervé Zakarian* *Médecin des équipes de France de taekwondo.
Centre de Rhumatologie, Rééducation et Médecine du Sport, Saint Raphaël.

 

oedème et processus inflamatoire

 

"L'examen clinique montre un oedème intéressant la partie antérieure
et interne du tibia, prenant le godet franchement .

La palpation de la crête tibiale est très sensible sur une zone de 20 cm environ. La mise en tension des muscles de la loge antérieure de jambe est douloureuse.

Les pouls périphériques sont présents, l'examen des articulations sus et sous-jacentes normal.

Le bilan radiographique standard élimine une fracture traumatique.

Une scintigraphie osseuse est demandée, elle mettra en évidence une hyperfixation tibiale longitudinale évocatrice d'une périostite. Elle élimine une fracture de fatigue ou une algoneurodystrophie.

L'IRM ne montre pas de trouble du remodelage osseux, ni d'anomalie de signal au niveau de l'os médullaire tant aux dépens du tibia que du péroné, mais montrera un comblement de l'atmosphère cellulo-graisseuse sous-cutanée antérieure par un processus inflammatoire longitudinal s'étendant tout au long de la face antérieure de la jambe, en regard du tibia particulièrement cloisonné attestant du caractère remanié et des
traumatismes répétés à ce niveau.

 

Le repos, la glace, des cataplasmes d'alumine, un traitement anti-inflammatoire local (Kétum®) général et des veino-toniques
viendront à bout de ce phénomène inflammatoire qui le privera d'entraînement pendant quelques semaines.

 

périostite et sports de combat

 

Le décollement des tissus sous-cutanés survient à la suite de contusions tangentielles et répétées, il s'associe à un hématome d'importance
variable, les sports de combat en sont particulièrement pourvoyeurs.

 

A la phase aiguë et lors de sa constitution, ce décollement pouvant s'accompagner d'un hématome sous-périosté est particulièrement douloureux, la zone atteinte s'insensibilisera petit à petit pour devenir progressivement indolore, même à l'effort ou lors de la répétition de chocs ultérieurs devenant même protectrice pour l'os sous-jacent.

 

Survenant parfois au karaté ou au taekwondo, ces lésions sont très fréquentes en boxe thaï ou en kick boxing puisque les techniques sont
essentiellement faites de chocs violents, jambe contre jambe, la répétition de ce genre de traumatismes au niveau des membres inférieurs entraînant une périostite chronique inflammatoire avec épaississement périosté et sous-cutané parfois impressionnant.

L'index de l'examinateur peut pénétrer le périoste remanié sur une profondeur de plusieurs centimètres dans un tissu fibreux devenant après plusieurs années de pratique, protecteur, la jambe du pratiquant
prenant un aspect nettement irrégulier sur sa partie antérieure.

 

Il s'agit en fait d'un décollement de type Morel-Lavallée chronicisé.

Très fréquent au niveau de la partie externe de la cuisse chez les gardiens de buts au football, plus qu'au niveau des membres inférieurs du fait de l'utilisation des protège-tibias, il est aux jambes l'apanage de ces sports de combat où l'esprit martial n'incite pas au port de protections et où les coups portés avec répétition sont particulièrement violents.

 

Le traitement de ces lésions est le plus souvent médical, il doit être préventif avec utilisation de matériel de protection.

Des ponctions, voire un drainage chirurgical, en cas de volumineux hématomes avec risque d'infection, sont parfois nécessaires."

 

 

Comme vous pouvez le constater, il n'y a rien d'anodin à prendre des coups violents et à répétitions !!! 

 

Et si effectivement certains pratiquants réussiront à endurcir leur corps en y allant progressivement et en sachant exactement ce qu'ils font, d'autres risquent de se retrouver avec des périostites chroniques à vie, voire des déformations osseuses provoquant des gênes articulaires.

 

N'oublions pas que nous faisons du sport pour être en forme et en bonne santé ... le plus longtemps possible !!!

 

Bon entraînement

 

Le Coach



18/02/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres