Les boxes pieds-poings à Rouen et en Haute-Normandie

Les boxes pieds-poings à Rouen et en Haute-Normandie

Le muay-thaï, un bon sport de défense pour les femmes.

 

Ram-muay (danse rituelle précédant le combat) effectué par 2 boxeuses thaïlandaises

 

 

De plus en plus de femmes se lancent dans la pratique du muay-thaï.

Certaines choisissent de faire de la compétition, avec tous les sacrifices que ça comporte, mais curieusement ce n'est pas en Thaïlande que l'on compte le plus de compétitrices, mais en Europe et au Japon.

 

Cependant, beaucoup de Thaïlandaises, aimeraient comme leurs petits frères gagner leurs vies en montant sur le ring, mais les traditions ont du mal à bouger, et au pays du muay-thaï, la boxe pour les filles n'est pas toujours prise très au sérieux ...

Mais les mentalités évoluent peu à peu, et il est fort à parier que les Thaïs ne voient pas d'un bon oeil qu'il n'y ait pas de championnes pour défendre les couleurs du pays lors des championnats internationaux qui se déroulent tous les ans à Bangkok !!!

 

Hors de Thaïlande, la grande majorité des femmes pratique cet art pour apprendre à se défendre, car les techniques spécifiques du muay-thaï sont aussi efficaces sur un ring que dans la rue et pour cause avant de devenir un sport de combat réglementé et codifié, le muay-thaï était utilisé en close combat sur les champs de bataille il y a 500 ans.

 

 

 

A cette époque, l'art de la boxe à mains nues (muay boran) se combinait avec l'art des armes blanches (krabi krabong : sabre, lance, bâtons longs et courts) pour devenir un art martial d'une efficacité redoutable sur les champs de bataille.

 

 

 

Si le muay-thaï est devenu un sport de combat codifié avec des règles, il n'en a pas perdu son efficacité pour autant, ce qui explique pourquoi de plus en plus de femmes le pratiquent pour leur défense personnelle.

 

L'entraînement aux pattes d'ours (plaques) et aux paos :

 

 

Equipé d'un plastron et d'une paire de paos,  l'entraîneur fait travailler son élève à pleine puissance.

 

 

L'entraînement aux plaques et aux paos permet de développer la précision et la puissance des coups.

 

Rapidement, la pratiquante de muay-thaï prend conscience que certaines techniques comme les coups de coude ou de genou ne nécessitent pas une tonne de muscle pour être décisives en combat et mettre hors d'état de nuire un individu plus corpulent.

Alors que les techniques de jambe et les enchaînements poings-pieds , poings-genoux etc..., demandent une excellente condition physique au niveau cardiovasculaire, mais aussi de bonnes qualités athlétiques (vitesse, puissance, souplesse, etc...).

 

Lorsqu'on travaille aux paos, il faut être capable de gérer son souffle tout en portant des coups techniques et efficaces, sans se faire sanctionner par l'entraîneur qui marquera chaque ouverture d'une petite tape de patte d'ours ou de pao... pas facile !!!

 

 

 

 Leçon aux plaques. Coup de coude circulaire

 

 

 

D'un petit coup de plaque, le coach rappelle qu'il faut serrer la garde

 

 

Travail en middle-kick (coup de tibia niveau médian) aux paos

 

L'entraînement avec partenaire :

 

C'est très souvent le moment préféré des pratiquantes.

Cette phase d'entraînement peut se dérouler de diverses façons :

 

- par thème défini :

(ex: la boxeuse A fait tel enchaînement / la boxeuse B bloque et riposte avec tel enchaînement - Travail  en alternance).

 

- par thème semi-défini :

 (ex: la boxeuse A fait tel enchaînement / la boxeuse B bloque ou esquive et remise avec la technique ou l'enchaînement de son choix - Travail en alternance)

 

Etc, etc ... le travail par thèmes offre une multitude de possibilités.

 

Bien entendu, l'une des finalités de ces exercices à thème est d'aboutir progressivement au travail en opposition libre à touches plus ou moins portées, voire à frappe réelle comme en sparring, lors de la préparation d'un combat.

 

En boxe loisir, le travail en opposition libre se fait toujours à touches légères et contrôlées, ce qui n'empêche pas les pratiquantes de porter leurs protections (protège-dents, protège-poitrine, protège-tibias etc...)

 

 

 

En muay-thaï, seule prime l'efficacité et celle-ci passe par la  technique.

Pas de coups de pied spectaculaires et  tarabiscotés qui nécessitent 15 ans d'entraînement avant d'être efficaces en combat réel.

 

 

On retrouve principalement 2 types de coups de pied : le coup de pied circulaire (photos ci-dessus) porté à la cuisse, au corps ou à la tête et le coup de pied direct (photo   ci-dessous), généralement porté au corps pour repousser l'adversaire ou lui couper le souffle.

 

 

 

Les coups de genou et coups de coude sont bien entendu l'une des spécificité du muay-thaï.

La panoplie de ces techniques est très variée et parfois surprenante notamment avec les techniques sautées. 

 

 

 

 

 

Quand aux techniques de poings,  elles sont similaires à celles de la boxe anglaise :

 

le direct

le crochet

l'uppercut

 

 

direct du gauche au visage

 

 

crochet gauche au menton

 

 

uppercut arrière au visage

 

 

L'entraînement au sac de frappe : 

 

Le travail au sac de frappe permet également de développer la puissance, la rapidité, la précision, le timing et donc l'efficacité des coups portés.

 

Pour les filles qui s'intéressent à la compétition, ce sera un poste de travail à ne pas négliger, car le sac permet aussi de "durcir" les tibias (voir article sur ce blog).

 

Pour celles qui n'ont pas forcément envie d'avoir des bleus aux jambes (pas très glamour, il faut bien l'avouer), le port de protège-tibias pour frapper dans les sacs permettra de palier cet inconvénient esthétique et douloureux !!!.

 

 

 

 

L'efficacité des boxeurs thaïlandais réside bien entendu dans le réalisme de cet art du combat dû à des siècles de bataille pour défendre le Royaume du Siam contre les diverses tentatives d'invasion, mais aussi dans la façon de s'entraîner.

 

Des ateliers comme les paos, les plaques ou les sacs de frappe permettent de se rendre rapidement compte de l'efficacité réelle des coups portés et de la condition physique nécessaire.

 

La première des qualités d'un entraînement de muay-thaï est certainement de ne pas donner aux pratiquants(es) de prétextes  pour se bercer d'illusions ...

On se rend très vite compte de son niveau réel et ceci permet de rester humble ... C'est le prix à payer pour faire de réels progrès.

 

 

Si cet article vous a intéressée, je vous conseille de jeter un petit coup d'oeil sur le blog suivant :

 

 

http://jvaisamagym.eklablog.com/

 

Bon courage

Le Coach

 



27/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres